La création d’entreprise en franchise

Devenir Entrepreneur avec une Franchise !

La franchise attire de nombreux créateurs, qui estiment que le dispositif est plus sécurisant qu’une création d’entreprise classique en raison de la renommée et de l’assistance apportée par le franchiseur au franchisé. Il est tout de même recommandé de se poser quelques questions au préalable…

C’est quoi une franchise?

En forte progression actuellement, ce type de contrat concerne de nombreux secteurs professionnels. Pour le franchiseur, la franchise est un moyen de développer une société avec une prise de risque limitée en cas d’échec, et une rétribution intéressante en cas de succès. Il s’agit donc généralement pour lui d’une opération rentable. Il n’est plus seulement cantonné aux métiers de la coiffure et de l’immobilier comme autrefois. Juridiquement, il s’agit d’un contrat de distribution entre deux personnes : le franchiseur, qui détient le droit d’une marque et le franchisé à qui il transmet son savoir-faire, sa marque et son enseigne sur un secteur géographique précis. Il lui fournit également une assistance commerciale et technique. De nombreux créateurs d’entreprise choisissent cette voie, car ils estiment qu’il s’agit d’un fonctionnement plus simple en raison de la notoriété de la marque et de l’assistance apportée par le franchiseur.

La franchise, un très bel outil de reconversion professionnelle

De nombreuses personnes se lancent en franchise suite à une longue carrière comme salarié. L’intérêt de se lancer en franchise quand on se reconvertit dans un domaine différent est très fort. En effet, le franchiseur a souvent mis en place une démarche d’intégration de personnes non originaire du secteur pour maximiser les chances de réussite de ses franchisés. Ainsi, Mc Donald a une formation pour leurs franchisés qui dure environ 11 mois. On peut comprendre pourquoi uniquement un nombre très limité de franchises Mc Donald ferment.

Un secteur en croissance

En 2015, selon la Fédération Française de la Franchise, le domaine de la franchise est en progression de 3,7 % pour atteindre 53,38 milliards d’euros. 18312 nouveaux franchisés ont ouvert leurs portes et 38 nouveaux réseaux se sont créés en France.

Un gage de qualité, la Fédération Française de la Franchise (FFF)

Depuis 1971, la FFF œuvre pour le développement de la franchise en France. Avec 160 réseaux de franchise adhérents, elle représente 45% des franchises françaises. La FFF impose à ses adhérents des critères de déontologie et de professionnalisme exigeants, gage de sérieux de la part des franchises adhérentes. www.franchise-fff.com

Le salon de la franchise

Fin mars de chaque année, le plus grand salon européen de la franchise se tient à Paris avec 500 exposants, en 2017 il aura lieu du 19 au 22mars. Ce salon est l’opportunité de rencontrer les franchiseurs en un minimum de temps. http://www.franchiseparis.com/
L’équipe CréActifs sera d’ailleurs présente pour répondre à vos questions concernant nos formations sur-mesure pour les franchisés.

Taux de pérennité des entreprises en franchise

Il existe un mythe sur le taux de pérennité des entreprises en franchise, il serait beaucoup plus important que les créations d’entreprises classiques. Le taux de pérennité des franchises à 3 ans serait d’environ 80%, cependant, le taux de pérennité des entreprises avec un apport de plus de 40 000€ (en franchise ou autre) est lui même de 78% d’après l’AFE. Etant donné que les franchises ne se créent que très rarement avec moins de 40 000€, nous pouvons remettre en question le lien de cause à effet entre le choix de la franchise et l’amélioration du taux de pérennité.

Les dérives de la franchise

Pour caricaturer la situation, une grande majorité des franchiseurs ont pour objectif de vous faire réussir et de prélever une petite part des résultats générés par cette réussite et quelques franchiseurs essayent de gagner de l’argent à court terme via les droits d’entrée importants. Il est recommandé d’apporter une précaution particulière avec les franchises qui n’ont que très peu d’ancienneté et qui n’ont pas forcement prouvé la validité de leur business model. Pour éviter les déconvenues, il faudrait donc s’imposer une démarche de créateur/repreneur d’entreprise classique avec par exemple la réalisation d’une étude de marché pour confronter les dires du franchiseur à la réalité du terrain. Une formation et/ou du conseil de professionnels de l’entrepreneuriat neutre dans cette phase seront alors d’une grande aide.